L’inclusion des femmes grâce au programme Magenta Project x Imoca

Depuis octobre 2022, la Route du Rhum – Destination Guadeloupe fait l’actualité sportive en France. La légendaire reine des transatlantiques connaît, en effet, sa 12e édition, quatre ans après la dernière course.  138 marins sont en compétition cette année pour décrocher le titre du skipper le plus rapide sur le parcours Saint-Malo–Pointe-à-Pitre. Dans leur rang, on compte sept femmes, soit une de plus que lors de la dernière édition.  Si cette progression dans l’effectif des femmes engagées satisfait quelques observateurs, il fait ressortir l’essentielle question de l’inclusion des femmes skippers et de la mixité dans la voile en général et dans la Route du Rhum, en particulier. Ce sont d’ailleurs des problématiques chères à la classe IMOCA et au Magenta Project engagés pour la représentation de la femme dans la voile. Gros plan sur le programme Magenta Project x IMOCA.

Le projet Magenta à l’origine

Portés par les différentes classes de bateaux et leurs représentants, les engagements forts de la Route du Rhum sont de plusieurs ordres. La préservation des océans dont le skipper Fabrice Amedeo est l’un des ambassadeurs, la protection des droits universels des océans et l’inclusion des femmes en sont quelques-uns.

Particulièrement d’actualité sur cette Route du Rhum, le combat pour l’inclusion des femmes dans la voile est, quant à lui, porté par le projet Magenta. Pour rappel, ce dernier a été créé pendant la Volvo Ocean Race 2014-2015. Il se définit comme un collectif de marins et de personnes engagés pour l’implication et la participation des femmes aux grandes courses dans la voile. Par ailleurs, The Magenta Project est un réseau de femmes navigatrices professionnelles.

Avec au palmarès plus de 25 transatlantiques et 3 tours du monde, Samantha Davies est l’un des visages et des principaux ambassadeurs du projet.  Sam Davies a créé le collectif avec ses coéquipières de la Team SCA. Les ambassadrices de l’initiative en France sont, entre autres : Justine Mettraux, Claire Pruvot, Mary Rook, Sophie Faguet et Cécile Laguette.

La classe Imoca partenaire du projet Magenta

Essentiellement porté par les skippeuses à travers le projet Magenta, le combat pour l’inclusion des femmes est également mené par la classe Imoca. Célèbre classe de voiliers sur la compétition, Imoca est avant-gardiste en matière d’intégration des femmes dans la voile. C’est donc logiquement qu’est né son partenariat avec le projet Magenta. Ce partenariat s’est matérialisé par le programme Magenta Project X Imoca Route du Rhum.

Les objectifs du Programme

L’objectif du programme est essentiellement d’aider le plus grand nombre de femmes à entrer dans le monde de la voile. Dans ce sport encore majoritairement dominé par les hommes, le programme vise à créer des opportunités pour les femmes.

Sur la Route du Rhum 2022, cet objectif se matérialise avec la participation de plusieurs femmes, telles que Samantha Davies et d’autres skippeuses de la classe IMOCA, à savoir Pip Hare, Justine Mettraux et Isabelle Joschke. C’est sans oublier la présence d’autres navigatrices, telles qu’Amélie Grassi et Morgane Ursault-Poupon de la Class04, ainsi que celle de Catherine Chabaud de Rhum Multi qui concourt tout aussi bien à la représentation des femmes sur la reine des transatlantiques.

Ce taux de participation, quoique faible, est de nature à montrer que les femmes sont capables de compétir au plus haut niveau et à pousser davantage de navigatrices à entrer dans le monde de la voile.

Imoca et The Magenta Project dans l’action

Dans le cadre du programme, les parties impliquées travaillent efficacement à l’inclusion effective des femmes dans la voile. En témoigne le nombre de femmes concurrentes dans la classe Imoca. Elles sont, en effet, quatre dans cette classe réputée la plus difficile et la plus physique. Il s’agit notamment de Samantha Davies (Initiatives-Cœur), Pip Hare (Medallia), Justine Mettraux (Teamwork.net) et d’Isabelle Joschke (Macsf).

Par ailleurs, on remarque chez Imoca une évolution constante du nombre de skippers femmes. En 2022, par exemple, plus de la moitié des team managers de la classe est constituée par des femmes. De plus, la première participation de la Suissesse Justine Mettraux est la preuve du travail d’inclusion réalisé chez Imoca. Pour sa part, The Magenta Project a permis l’intégration de certaines figures féminines dans le monde professionnel de haut niveau. C’est le cas de la jeune navigatrice néo-zélandaise Kate Jordan et de l’Espagnole Maite Fernandez Alonso.

Grâce au mentorat du projet, la première a pu faire son entrée dans l’équipe Teamwork.net de Justine Mettraux. Quant à la seconde, elle a pu monter à bord du bateau de la team Fives-Lantana Environnement lors de son convoyage vers Saint-Malo.

La formation et le réseautage des navigatrices au cœur du programme

En favorisant l’intégration de jeunes navigatrices, telles que Kate Jordan et Maite Fernandez Alonso dans les équipes partenaires, le programme Magenta Project x Imoca sert de creuset de formation et de mûrissement pour les aspirantes skippers. Pour les jeunes navigatrices sélectionnées, l’opportunité offerte par le programme est bénéfique à plusieurs égards. Elle leur permet, en effet, d’engranger de l’expérience et de découvrir le processus de préparation de la course ainsi que la dynamique de leur équipe respective au cœur de la Route du Rhum.

Les navigatrices expérimentées ne sont pas pour autant oubliées dans le cadre du programme. En effet, en prélude au départ de la reine des transatlantiques, Magenta Project x Imoca a organisé un événement de réseautage. Ce dernier était ouvert à toutes les classes des femmes impliquées dans la Route du Rhum ainsi qu’à leurs alliées.