La Route du Rhum – 12e édition a un favori en la personne de François Gabart et de son Ultim SVR-Lazartigues

Publié le : 23 novembre 20226 mins de lecture

Comme chaque course nautique, la Route du Rhum édition 2022 – Destination Guadeloupe, voit s’aligner des skippers ambitieux et expérimentés au départ. Partant de Saint-Malo en région Bretagne pour rallier Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, les concurrents font cap au Sud-ouest pour traverser l’Atlantique vers une ligne d’arrivée convoitée par chaque skipper. Car terminer cette course est déjà en soi, une victoire. Parmi les 138 skippers et bateaux inscrits au départ de cette 12e édition de la Route du Rhum, certains bénéficient de l’aura de favoris et peuvent prétendre au podium. Parmi eux, François Gabart et son trimaran Ultim « SVR-Lazartigues ».

François Gabart, un skipper qui a fait ses preuves

François Gabart possède deux casquettes skipper professionnel et chef d’entreprise.

Une pratique fructueuse du sport de voile

Né en 1983 en Charente, François commence comme routeur météo pour ses pairs en Imoca (Kito de Pavant et Sébastien Col) sur la transat Jacques Vabre en 2007. Il intègre ensuite le programme « Skipper Macif » en 2008, la suite annonce les succès :

  • deuxième sur la course « Figaro » en 2010 derrière Armel le Cleac’h ;
  • plus jeune vainqueur du Vendée Globe en Imoca en 2013 après 78 jours de course en solitaire ;
  • vainqueur de la Route du Rhum 2014 (catégorie bateau Imoca) avec un nouveau temps record ;
  • il passe dans la catégorie des Ultim sur les conseils du skipper expérimenté Thomas Coville qui voit en François Gabart le potentiel de concourir sur de tels géants des mers ;
  • en 2017, il bat le record du tour du monde en solitaire en 42 jours et 16 heures passés sur l’eau à bord de son trimaran « Macif » ;
  • en 2018 il arrive deuxième (alors qu’il menait la course) en Guadeloupe lors de la 11e édition de la Route du Rhum, seulement 428 secondes derrière Francis Joyon et son maxi trimaran « Idec Sport ».

Un parcours professionnel sous le signe du sérieux

Ayant un parcours de formation à L’INSA de Lyon, François Gabart mène de front ses études de haut niveau sportif tout en les faisant graviter autour de la voile. Il devient skipper professionnel en 2008 après avoir remporté le challenge espoir région Bretagne.

Depuis la création de « MerConcept » en 2006, il est le patron d’une écurie de course au large qui conçoit et construit des bateaux de course. Sous sa houlette, jusqu’à 50 personnes travaillent dans un atelier de 3000 m² à la construction, entre autres, de l’Ultim SVR-Lazartigues. François Gabart est donc reconnu pour être un excellent marin, ayant une vision entrepreneuriale et qui comprend les enjeux de la course au large en solitaire.

Dans le même thème : Route du Rhum 2018 : retour sur l’exploit spectaculaire de Francis Joyon

Trimaran Ultim SVR-Lazartigues : une fusée faite pour les records

Ce bateau multicoque de 32 m de long pour 23 mètres de large est taillé pour la vitesse. Initialement commandé par le groupe Macif avant que ce dernier ne dénonce le contrat avec « MerConcept » lors de son échéance, il est racheté par le groupe cosmétique « Kresk » afin de pouvoir courir la 12e édition de la Route du Rhum 2022 – Destination Guadeloupe.

En mai 2022, le record de la traversée de la méditerranée en équipage est battu à bord de SVR-Lazartigues en 13 heures et 55 minutes. Très attendu à Saint-Malo en novembre pour confirmation, la Route du Rhum sera la première grande course en solitaire pour ce bateau qui vole littéralement au-dessus de l’eau dès 22 nœuds de vitesse.

La portée médiatique autour du bateau et son skipper

D’autres événements viennent renforcer l’intérêt médiatique porté à François Gabart ainsi qu’à son trimaran.

Une cordiale revanche à prendre

Il est bon de rappeler que François Gabart, alors qu’il menait la course, a raté de peu la victoire de l’édition 2018 de la Route du Rhum par Francis Joyon de seulement 428 secondes. En plus d’être un skipper émérite, François a donc aussi une cordiale revanche à prendre.

Un litige sur Svr-Lazartigues

Un point pose soucis à la classe « Ultim » quant aux aménagements du bateau : l’emplacement des winchs semble contrevenir au point 3,11 de la « Offshore Spéciale Regulation » qui apporte des précisions quant à l’emplacement de ces winchs, et note que SVR-Lazartigues ne respecte pas ce point. Défense de François Gabart et du groupe « kresk » qui rappellent qu’en 2021, trois experts indépendants et mandatés par la classe Ultim ont statué sur la conformité du trimaran. Par ailleurs, les plans du bateau ont été communiqués à la classe Ultim et d’autres unités similaires ont bénéficié des mêmes aménagements sans jamais se voir refuser la conformité. Le tribunal judiciaire de Paris a été saisi et un jugement a été rendu le 21 juillet 2022 en donnant dérogation à SVR-Lazartigues pour participer à la Route du Rhum 2022. Mais cela ne donne pas une réponse de fond quant à la non-conformité du bateau vis-à-vis de la classe Ultim. Affaire à suivre…

Plan du site